L’intelligence et les capacités cognitives de nos compagnons

Le 22 mai 2013, se tenait une conférence des plus révolutionnaires à Cambridge, au cours de laquelle les plus grands neuroscientifiques du monde (Philip Low, Jaak Panksepp, Diana Reiss, David Edelman, Bruno Van Swinderen, Christof Koch) signaient un manifeste reconnaissant l’existence d’une conscience pour tous les mammifères, oiseaux et autres créatures. En collaboration avec Stephen Hawking, considéré comme le physicien le plus brillant depuis Albert Einstein, Philip Low, chercheur de l’Université de Stanford et de MIT (Massachussetts Institute of Technology-USA) et ses 25 chercheurs, ont publié les résultats de leurs recherches et constatent que les structures cérébrales responsables de la conscience existent également chez les animaux, les zones nous différenciant d’eux ne concernant pas la conscience. Cette découverte, troublante et fascinante, va soulever bien des questions.

Mais revenons tout d’abord sur les capacités cognitives et l’intelligence de nos compagnons canins et félins, car si la conscience d’exister, la capacité à éprouver de la douleur ou du plaisir vient seulement d’être démontrée scientifiquement, de nombreuses études et expériences nous ont prouvées depuis plusieurs années les étonnantes capacités cognitives de nos animaux domestiques, et notamment de nos plus proches compagnons, les chiens et les chats.

Quizz : Vrai ou Faux ?

  • Seuls les chiens sont capables d’apprendre à faire un parcours d’obstacles en agilité, les chats ne peuvent pas. FAUX, les chats en sont tout à fait capables également, il existe même plusieurs associations qui offrent cette activité de détente et de plaisir.
  • Les chats ne sont pas intelligents. FAUX, Il y a plusieurs formes d’intelligence (kinesthésique, spatiale, logique-mathématique, émotionnelle, linguistique, pratique…) et ils les utilisent suivants leurs besoins, et leurs aptitudes, qui sont différents des nôtres. Les chats sont capables d’apprentissage, d’interactions sociales, de communication, d’attachement, y compris avec d’autres espèces.
  • Les chiens sont capables de mémoriser une vingtaine de mots maximum. FAUX, les chiens ont une grande capacité d’apprentissage, et la moyenne est bien au dessus d’une centaine de mots compris (en général 165 mots), et ce, toutes races confondues.

 

Certaines races, comme le border collie, présente toutefois des aptitudes encore plus exceptionnelles. En effet, en 2004, l’institut Max Planck (Allemagne) qui étudie l’intelligence animale, publie ses recherches concernant « Rico », un border collie, capable de reconnaître plus de 200 objets différents, et ce, même à partir d’une photographie en deux dimensions. Puis c’est au tour de Betsy, un border collie autrichien, qui est capable de discriminer plus de 340 objets. En 2010, cette fois aux Etats-Unis, « Chaser », autre border collie, entraînée par Alliston Reid et John Pilley, professeurs de psychologie au Wofford College en Caroline du Sud, atteint le record de plus de 1000 mots appris, avec la capacité de distinguer des sous catégories d’objets (balles, frisbees, cordes…).

Si ces exemples semblent sporadiques, il n’en est rien car nombreux sont les chiens « savants » qui ne font pas la une des journaux, mais qui ont bien en revanche des capacités cognitives supérieures à la moyenne « canine », qui est, quand à elle, bien trop souvent sous estimée. Pas étonnant que les chiens se lassent parfois des exercices trop simples et répétitifs.

Savez-vous que ? Les chiens, à la différence des primates, et des loups, ont compris qu’ils pouvaient demander de « l’aide » à leur compagnon humain pour la résolution d’un problème. L’on parle alors de « référence à l’humain ». Cette compréhension et cette confiance sont des éléments essentiels à préserver dans la dynamique de la famille humain-chien, car elle permet à la fois de renforcer la cohésion sociale au sein du groupe, tout en sécurisant le chien.

Mémo : Cinq minutes d’entraînement (mental) 3 fois par jour avec votre chien, vous permettront à la fois de lui apprendre des exercices simples et pratiques, tout en développant une relation de confiance avec lui. De plus, cela le fatiguera intelligemment : 5 min. d’apprentissage de nouveaux exercices, sont équivalents à 50 minutes de marche. Toutefois les sorties et les exercices physiques restent indispensables quotidiennement pour assurer son équilibre mental et physique (minimum de 30 minutes par jour).

 

Souvenez-vous que le meilleur apprentissage se fait par le jeu, sans contrainte et sans douleur, pour le plaisir des deux partenaires !

Définitions données par le manifeste* :

 

Références :

http://fcmconference.org/img/CambridgeDeclarationOnConsciousness.pdf

http://www.blog-les-dauphins.com/neuroscientifiques-reconnaissent-conscience-mammiferes-et-oiseaux/

http://gregoryberns.com

http://catagility.com/index.html

http://www.bbc.co.uk/news/science-environment-12067099

http://www.3piliers.com/comportement-et-apprentissage/chaser-la-border-collie-au-1022-mots.htm

http://www.youtube.com/watch?v=wk5-1BttQrc

http://www.youtube.com/watch?v=SyugyYYzkr8

http://www.youtube.com/watch?v=0j2S8gsMmMM

-« Tout sur la psychologie du chat » Nouvelle Edition, Joël Dehasse, 2008

-« Coach en comportement animal » Joël Dehasse

Comportementaliste Praticienne et Coach Certifiée en comportement animal (chiens-chats), elle offre deux services complémentaires : - consultations, cours d’éducation canine et conférences pour le public, et - conférences et formations spécialisées pour les professionnels du milieu animalier Ses méthodes positives sont basées sur l’éthologie appliquée, la psychologie expérimentale et la biologie animale.

Laissez le premier commentaire

Question de sécurité anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.