Mon chien n’est ni dominant ni soumis

Quand je demande à quelqu’un de me décrire son chien qui a un problème de comportement, j’entends souvent : « mon chien ne m’écoute pas, il est dominant! ». Désolée de vous apprendre que la domination et la soumission n’existent pas comme tempéraments chez le chien. Les chiens ne naissent ni dominants et ni soumis et leur façon de penser (car oui, ils pensent!) n’a rien à voir avec la hiérarchie et le désir de devenir le leader ou l’alpha.

Cette théorie de la hiérarchie (prônée entre autres par Cesar Millan, ou L’homme qui parlait au chien) est basée sur le principe que le chien descend du loup dont la vie sociale est structurée à partir de la hiérarchie de ses membres. En fait, le chien domestique ne descend pas du loup directement, mais plutôt de chiens sauvages d’origines diverses. Les loups en liberté, ne vivent pas non plus sous le régime de la hiérarchie. Le loup alpha est un mythe. Regardez bien cette vidéo. Les loups qui dirigent un groupe, le font comme de bons parents et ils sont appelés le loup et la louve reproducteurs. Ils veillent sur leur famille élargie avec bienveillance. Ils démontrent que 85% de leurs comportements ne sont pas de l’agression, mais bien de la coopération et de l’entraide.

Alors si le loup n’est ni dominant, ni soumis, votre chien ne l’est pas non plus! Par contre, la domination et la soumission peuvent être situationnelles. C’est-à-dire qu’à un moment précis, un chien mit en présence d’un autre devant une ressource convoitée tel un os, pourra devenir le dominant ou le soumis de l’autre s’il réussit à se procurer l’os ou non. Dans la situation présente, il est le dominant ou le soumis de l’autre. Mais ceci ne définit en rien son tempérament. Vous me suivez?

Les chiens ont des tempéraments qui viennent de leur génétique. Dans une portée, il y a des chiots sûrs d’eux, qui apprennent vite, sont à l’aise en général, ont une adaptation rapide.. D’autres analysent leur environnement et les événements avant d’agir, ils ont tendance à être plus peureux, demanderont plus de répétition pour apprendre un nouveau comportement, l’adaptation sera moins rapide. Certains sont intermédiaires. Et il y aussi les événements et les apprentissages auront fait du chien un être plus ou moins adapté à son environnement. Ainsi, un chien sûr de lui, qui aura été entraîné positivement, aura dans la vie une très belle attitude. Le même chien qui aura été maltraité par exemple, pourra développer de la peur et ainsi démontrer des problèmes de comportement. Le chien plus réservé qui est entraîné avec encouragement et motivation, deviendra plus sûr de lui. Le même chien qu’on aura maltraité, pourra démontrer des peurs extrêmes voire de l’agressivité.

Votre chien est donc le produit de sa génétique et de ses apprentissages. Votre méthode d’éducation devra donc tenir compte de cette nouvelle façon de voir votre chien.

Éducateur canin et comportementaliste, Danielle est propriétaire et directrice de la compagnie FIDÈLE CANIN qui produit et distribue le harnais FIDÈLE et autres produits d’entraînement canin. FIDÈLE CANIN offre aussi des services d’entraînement canin au clicker et de consultation comportementale. Danielle a débuté dans le monde canin comme zoothérapeute dans le réseau de la santé et a monté son propre élevage de Golden retrievers spécialisés en zoothérapie dès 1989. Formée par les plus grands experts internationaux en entraînement et en comportement canin, Danielle se spécialise aujourd’hui en agressivité et peur canine.

4 Comments

  • Répondre octobre 26, 2016

    Michèle Côté

    J’ai vraiment réalisé cette différence pour la hiérarchie qui existe dans tout regroupements social.On ne peut pas la nier, par contre je l’ai compris dans les relations chien / chien à partir du moment où ma meute en â ete une de famille.Et chien /humain au travail sur troupeau avec mes BC. Lã conduite de troupes demande énormément de complicités, de confiance et de partage de dominance ( situationnelle). Tantôt c’est le chien qui domine la situation au troupeau et d’autres fois c’est moi si il y a pas çe partage au niveau dominance on ne peut tout simplement pas conduire ou je veux les brebis. C’est comm si je dois comprendre ou est la partie instinct naturel le du chien qui gère la situation (sur moutons) et lã partie obéissance à mes commandes.Trop de naturelle laisser le chien dominé trop la situation et fait çe qu’il veut bien des bêtes et trop d’obéissance le chien perd contact avec les bêtes et son instinct naturelle.
    Je vous écrit tout ca car j’aimerais vraiment lire ou échanger sur l’entraînement ou l’éducation canine directement lier à leur instinct de chasse…
    Michele Coté

    • Répondre octobre 26, 2016

      Michèle Côté

      Désoler pour les commentaires si haut il y a des fautes et il manque un peu de ponctuation.j’ai voulu résumer trop rapidement ma pensée.J’espere que je suis un peu claire dans çe court résumé! Bonne journee »

  • Bonjour Marie-Line,

    il faut faire la distinction entre la perception que beaucoup de gens ont de la dominance comme type de tempérament et la dominance en situation. Je m’explique. Dans la situation où je met une seule ressource (ex un os) en présence de deux chiens qui la convoite, ils auront des comportements de domination ou de soumission pour obtenir ou abandonner cette ressource. Mais il ne faut pas confondre comportement et tempérament. Un chien n’est pas dominant ou soumis en permanence. Il se comportement selon les situations vécues. Donc la domination et la soumission sont SITUATIONNELLES et ne font pas référence au tempérament du chien.Alors il devient faut de qualifier un chien de dominant ou de soumis. Cela ne nous apprend rien sur lui.

    Un chien qui adopte une gestuelle agressive le fait pour éliminer la compétition ou faire fuir ce qui lui fait peur. Rien à voir avec une hiérarchie.

    Merci de m’avoir lu. Votre commentaire est très intéressant.

  • Répondre juillet 4, 2015

    Marie-Line Maublanc

    Bonjour,
    Merci pour cet article intéressant, mais à mon avis un peu contradictoire. Pour vous, un chien n’est ni dominant ni soumis, mais ensuite, vous dites que chacun est plus ou moins sûr de lui ou peureux. Pour moi, c’est en partie ces différences de tempérament qui vont conduire un chien à devenir « dominant » ou « soumis », et ce n’est pas seulement son éducation qui va conduire un chien à être plus ou moins agressif avec les autres chiens. On a tous connu des chiens faciles avec leurs congénères, qui ne posent pas de problèmes à leur maître quand ils croisent d’autres chiens, mais aussi des chiens qui vont très vite au contact avec les autres et adoptent des postures de menace ou de dominance, tête-bêche, museau sur le dos de l’autre… ce qui dégénère immanquablement si l’autre refuse de se laisser impressionner et adopte les mêmes postures. Pourquoi nier que certains chiens ont un caractère plus dominant que d’autres ? Où est le problème ? Pour moi, ce trait de caractère existe tout autant que le trait dont vous admettez l’existence en fin d’article: la confiance en soi, à mon avis liée à une faible émotivité.

Laissez un commentaire

Question de sécurité anti-spam * Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.